Intersysto: le logiciel (belge) pour maintenir plus longtemps les seniors à domicile

Faire en sorte que les seniors puissent rester plus longtemps chez eux, c’est un enjeux sociétal et économique. Moins de lits occupés en hôpitaux, moins de chambres prises d’assaut en maisons de retraite,…Mais pour ça, il faut pouvoir opérer un suivi à domicile. Or, les professionnels qui se succèdent, médecin, livreur de repas, kiné, infirmier,…encodent leurs remarques et observations de manière décentralisée. Qui sur son smartphone, qui dans son carnet en papier, qui via post-it, apposé sur le frigo.

Un contrat à 40.000 patients

Des informations parfois cruciales risquent d’être perdues…et c’est ne partant de ce constat, que « chaque professionnel vit un peu dans son monde », qu’ Intersysto a développé un logiciel qui permet de centraliser toutes ces informations, « mais pas que », précise d’emblée Dominique Duhayon, patron de la start-up de Tournai, qui vient de signer un contrat pour équiper le suivi de » 40.000 « patients » belges

Chaque professionnel vit un peu dans son monde

« Aujourd’hui il n’y a pas d’agrégation, ni de vue complète de ce qui se passe à domicile. » 3S Homecare « , c’est un carnet de bord digital, centralisé, ciblé. L’information doit atteindre la bonne personne. Et cette solution sert aussi au patient qui reste souvent seul et qui va lui-même alimenter son cahier de liaison, par exemple avec ses paramètres ».

Il y a un cheminement qui est en cours pour que certaines applications puissent faire l’objet d’un remboursement. Parce qu’elles font désormais partie de l’écosystème des soins de santé

Qui paie pour le logiciel?

« Aujourd’hui, ce sont les projets qui paient pour notre produit. Demain ça devra être les mutuelles et l’Inami. L’idée c’est bien de garder les gens le plus longtemps possible à la maison, et je crois qu’on est tous d’accord là-dessus, on est mieux chez soi. Mais ça impliquera une prise en charge des institutions. Nous avons été retenus comme solution innovante part le cabinet de la ministre fédérale de la santé, NDR) De Block. Il y a un cheminement qui est en cours pour que certaines applications puissent faire l’objet d’un remboursement. Parce qu’elles font désormais partie de l’écosystème des soins de santé ».

Bonnes perspectives pour l’ « hôpital virtuel »

La start-up tournaisienne a signé fin 2018 un contrat pour équiper le suivi de » 40.000 « patients » belges – avec un partenaire dont nous n’auront pas le nom, confidentialité oblige,… –« mais qui sera une superbe carte de visite à l’exportation ». L’entreprise travaille sur le déploiement de sa solution dans 90 villes française, et équipe en projet pilote un millier de patients à Casablanca (depuis la mission princière de novembre dernier). Intersysto a aussi emporté en janvier le prix 10.000 startups pour changer le monde (dans la catégorie santé) au CES de Las Vegas. Bref tout roule…et les effectifs (9 personnes aujourd’hui) devrait être doublés dans les mois qui viennent.

Source: RTBF

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Continuer à utiliser ce site sans changer les paramètres de cookies ou cliquer sur "J'accepte" ci-dessous, revient à consentir à l'utilisation des cookies sur ce site.

Close